Chargement

Après la fin de la Terreur, une fois démonté la guillotine, la jouissance est à l’ordre du jour et il faut rattraper le temps perdu : la danse est à l’honneur, les bals publics pullulent et les mœurs sont libres…

 Les jolies femmes cèdent à la mode de l’anticomanie : robes à la Diane ou à la Flore, tuniques couleur chair largement ouvertes sur le flanc et au décolleté généreux. On se vêt, (ou plutôt on se dévêt…) de tulle, de gaze ou de linon transparent qui ne cache rien des formes.

Le grand luxe de ces Merveilleuses – c’est ainsi qu’on appelle les beautés du temps – c’est la perruque : il en existe pour toutes les heures du jour et on en voit des noires, des bleues, des vertes …

 Et les cavaliers de ces dames ? On les nomme les Incroyables, ou plutôt les « Incoyables », car ils jugent élégants de supprimer les « r » et même toutes les consonnes, devenant ainsi presque inintelligibles. Ils arborent des vêtements excentriques : habit vert à grands godets, taille pincée, large culotte, énorme cravate sous laquelle le menton disparaît. Ils ont le nez chaussé de grosses lunettes et sont coiffés en « pattes de chien », leurs cheveux tombant sur les oreilles…

 Cette jeunesse dorée, qui dépense sans compter, se retrouve à Paris dans tous les lieux à la mode : théâtres, tripots, glaciers, ou galeries du Palais-Royal….

 Vous aussi, venez jouer aux Merveilleuses et aux Incroyables et découvrez notre rallye – jeu de piste dans les Passages Couverts de Paris pour particuliers et entreprises !

Ils nous font confiance

Orange
Société Générale
SNCF
Google France
Crédit Agricole
Nike France
Louis Vuitton
IBM France
L'Oréal
La Poste
Groupama
EDF
Amazon
ENGIE
AG2R La Mondiale